Proposer un logement, un atout pour l’employeur et le salarié

Témoignage de Jean-Yves FOUIN, arboriculteur à Champigné. Sur les 2 mois et demi de cueillette, l’entreprise accueille en moyenne 70 à 80 personnes. Des locaux, qui habitent autour de Champigné, une grande part d’habitants de l’agglomération d’Angers, et aussi des personnes qui viennent de plus loin, de toute la France voire de l’étranger.

Proposer un logement sur place permet de faciliter ces recrutements et de favoriser de bonnes conditions de vie et de travail.

Pourquoi avez-vous décidé de proposer un logement sur le verger ?

«  Ce sont les difficultés de recrutement qui nous ont incité à rénover, en 1992, une ancienne dépendance.  Aménagée pour 8 personnes, elle nous permettait d’attirer des salariés éloignés géographiquement. Puis, au début des années 2000, toujours pour faire face à nos difficultés à trouver des salariés saisonniers, nous avons acheté des logements modulaires, pour doubler la capacité d’accueil. Si besoin, on peut louer des modules supplémentaires. Mais proposer un logement, cela veut dire aussi aménager un réfectoire, construire des sanitaires… »

Qu’est-ce cela implique pour vous ?

« Ce n’est pas seulement de l’investissement et de l’entretien, c’est aussi beaucoup d’intendance. De l’intendance pour proposer du matériel adéquat (matériel de cuisine dans les réfectoires, machines à laver, …), de l’intendance pour le linge car nous sommes par exemple tenus de fournir les draps. C’est pour nous une responsabilité, en terme de respect des normes ou en cas d’accident. Cela implique donc une surveillance, en prévention. Ce n’est pas compliqué mais cela vient en plus de la gestion de la production proprement dite.»

Quels en sont les avantages ?

«En tant qu’employeur, c’est très positif. Les salariés sont sur place, libérés des contraintes de déplacement. Cela facilite l’assiduité, le respect des horaires. Cela facilite aussi la réalisation d’heures supplémentaires ou le travail le samedi quand c’est nécessaire. Pour les salariés, les avantages sont les mêmes : ils sont libérés des contraintes de déplacement et n’ont pas à chercher un logement à proximité du verger.
Pour nous, en tout cas, cela vaut le coup. De toute façon, c’est nécessaire, on n’a pas le choix. Il faut se donner les moyens d’assurer la récolte dans les meilleures conditions. »

Qu’est-ce que vous conseilleriez à un employeur qui  s’interroge ?

« Il est nécessaire de bien en évaluer la nécessité selon le contexte ainsi que le coût.. Il faut également bien se renseigner en amont, sur les obligations, les normes à respecter… et les mettre en regard des avantages attendus. Un logement est un véritable atout dans des zones rurales, éloignées des agglomérations»


Je postule maintenant !

En décembre

En décembre, les agriculteurs commencent à préparer les plannings pour les productions de début d’année (maraîchage, horticulture…). Il faut donc penser à postuler pour le début des plantations des légumes bottes, plantations de rosiers, ou la saison de printemps en horticulture-pépinières.

Actualités

Le 12.12.2018

Saisons en Anjou présent au SIVAL

Retrouvez Saisons en Anjou au SIVAL le 15, 16, 17 janvier prochain.  Le mardi à 10h30...